Choisir l'homme de demain ?

Pour que la connaissance sorte du vase clos des spécialistes...

Communiquer ce n'est pas s'exprimer, c'est se faire comprendre.

Cet exercice n'est pas facile tant il est aisé de caricaturer le fait scientifique. Pour que la connaissance sorte du vase clos des spécialistes, pour que le citoyen puisse se forger son opinion, pour que les sociétés humaines soient un peu plus maîtresses de leurs choix, il faut informer.

Nous ne voulons pas nous positionner en experts pouvant orienter les choix de la société par des données sensées être objectives. Par notre démarche, nous nous essayons à la communication du savoir scientifique, aussi infime soit-il, aussi incertain soit-il, aussi provisoire soit-il. C'est ce que nous tentons de faire en utilisant trois outils.

Tout d'abord en organisant une conférence-débat, en public; pilier incontournable de nos réflexions. C'est un moment d'échange et de discussion, un temps d'intenses rencontres, de confrontations, mais un temps unique forcement limité.

Ensuite, nous utilisons Internet pour mettre à votre disposition la totalité des exposés et débats. Ce support offre un accès facile, sans limites de date ni de temps.

Enfin, par ce magazine que vous avez entre les mains, nous voulons exciter votre curiosité, vous pousser à aller plus loin. Ce magazine est à prendre comme une sorte de "bouquet" d'idées sur et à partir des sujets abordés à l'occasion de la conférence. Il est le moyen de rebondir. Prenez-le comme une base pour initier, à votre tour, une réflexion... votre réflexion sur le sujet.

L’édito de "Choisir l’homme de demain ?"

Edito Choisir l'homme de demain ? Pourquoi poser cette question ? Dans les deux derniers siècles, l'homme a compris qu'il est le produit d'une évolution. Maintenant, il peut délibérément agir sur elle. En effet, la technique nous permet de modifier génétiquement l'homme. C'est de cela que nous souhaitons débattre. Pour quel avantage le ferait-on ? Qui en déciderait ? Qui serait demandeur d'une telle évolution ? Doit-on avoir peur d'intervenir sur nos gènes, de les modifier ? et comment intégrer ces changements dans l'histoire de notre évolution, histoire qui se construit depuis déjà quelques millions d'années ? Pour ouvrir ce questionnement, Jean-Claude Carrière, cinéaste et humaniste, a exposé comment il voit l'avenir de notre évolution et comment il comprend ce possible interventionnisme. La réflexion s'est ensuite développée autour d'un thème plein de provocation : l'homme génétiquement modifié : oserons-nous un jour en faire un ? Autour des mots "transmettre la vie, guérir et réparer", les biologistes ont posé le problème au niveau de la santé publique. Jean-Claude Ameisen, biologiste spécialiste de la mort cellulaire programmée, et Jacques Mallet, neurobiologiste, ont dit ...

Les dernières publications :

Tous
  • Tous
  • Commencement et diversité
  • De l'évolution et de la normalité
  • Demain ! C'est aujourd'hui, on choisit déjà
  • Et si vous preniez le pouvoir ?
  • Il était une fois... la vie !
  • Sélection Jean-François Floch

Commencer par des idées ?

…ne croyez-vous pas qu’il faudrait commencer par les mêmes, c’est-à-dire des idées ?   Tout ce dont nous discutons aujourd’hui, c’est bien en fait de cette interaction génome-culture et nous en discutons pour savoir quelle va être l’influence de la culture sur le génome. Comment la culture, avec ses connaissances, avec ses technologies, va-t-elle influencer […]

L’influence de la culture sur le génome

…savoir quelle va être l’influence de la culture sur le génome   Un gène est une unité d’information génétique, un même est une unité d’information culturelle. Un même peut être beaucoup des choses : une connaissance, une croyance, une chanson, une recette de cuisine… Et cette théorie, développée aujourd’hui par des évolutionnistes comme Richard Dawkins […]

Des décisions que nous n’aurions pas imaginées il y a 20 ans

…amenés à prendre aujourd’hui des décisions qu’ils n’auraient pas imaginées il y a 15 ou 20 ans.   – Dans un certain nombre d’autres situations, et tous les jours aussi dans notre pays, des parents décident de trier les embryons qu’ils mettront au monde. – A toutes les femmes enceintes, on propose à 15 semaines […]